open_resource : idées, points de vue
et solutions des acteurs de la révolution de la ressource



← Retour Solutions  

21 voyages à la rencontre des nouveaux horizons de l’économie circulaire

21.04.2017

Tout au long de l’année 2016, l’écrivain voyageur Erik Orsenna est parti, à l’invitation de SUEZ, à la découverte de lieux qui font de l’économie circulaire une réalité : sites industriels, start-up, laboratoires, villes… De cette expérience est né un récit : « 21 voyages aux pays de la nouvelle ressource ». A l’occasion de la Journée de la Terre, retour sur trois des innovations présentées.




Des mouches pour répondre aux défis alimentaires de demain
Le gaspillage alimentaire concernerait un tiers des aliments produits dans le monde. Un paradoxe, alors que les besoins alimentaires vont continuer à augmenter du fait de la croissance démographique mondiale. Ainsi selon la FAO, la production agricole mondiale doit croître de 70 % d’ici 2050 pour répondre aux besoins des 9 milliards d’habitants que la planète comptera alors !

La société Nextalim, installée près de Poitiers en France, propose une solution pour contribuer à relever ces défis. Sa spécialité : l’entomoculture, plus précisément la culture de mouches pour produire des graisses, des protéines et d’autres dérivés. Cette culture est possible grâce à la collecte et la valorisation de biodéchets alimentaires, dont se nourrissent les élevages de mouches. Les produits issus de la culture sont ensuite utilisés notamment pour l’alimentation animale. Nextalim répond ainsi au double défi de la gestion des aliments non consommés et du renforcement de la production de protéines.

Découvrez le récit complet d’Erik Orsenna sur Nextalim « La solution des mouches » en cliquant ici.


Du pain pour remplacer le pétrole?
En Scandinavie, l’entreprise St1 propose une solution liée à deux défis majeurs de notre époque : l’épuisement des ressources fossiles et le développement d’une mobilité durable, moins productrice de CO2. Leur innovation consiste à transformer des déchets alimentaires, en particulier du pain issu de la grande distribution et des petits commerces, en biocarburant.

Cette société finlandaise a ainsi déployé une unité de production de bioéthanol à Göteborg en Suède, en partenariat avec SUEZ pour la collecte des déchets de pain .
Les sucres présents dans les déchets alimentaires y sont transformés pour produire le bioéthanol, qui est ensuite revendu à des réseaux de stations essence, pour être mélangé aux carburants « traditionnels ».

Découvrez le récit complet d’Erik Orsenna sur St1 « Donner du pain à sa voiture » en cliquant ici.


Le numérique pour faciliter l’échange de terre entre les chantiers du BTP
Le secteur du BTP représente l’un des secteurs économiques produisant le plus de déchets. Alors qu’un tiers seulement des déchets de construction et de démolition sont aujourd’hui recyclés ou réutilisés, leur valorisation constitue un enjeu important, comme en témoigne l’ambitieux objectif fixé par l’Union Européenne : atteindre d’ici 2020 le taux de 70 % de déchets du BTP valorisés.

Les terres excavées font partie de ces déchets. Dès la sortie du chantier, elles peuvent être envoyées à d’autres chantiers, ou orientées vers des centres de valorisation pour servir par exemple à des travaux de remblaiement. Ces transferts de terre sont aujourd’hui complexes à organiser.

Faciliter l’échange de terres entre les chantiers grâce au numérique, c’est l’ambition de la société Hesus. La plateforme Soldating créée par l’entreprise constitue une place de marché permettant aux gestionnaires de chantiers de mettre en vente les terres dont ils souhaitent se débarrasser ou d’acquérir celles dont ils ont besoin, en quelques clics.

Découvrez le récit complet d’Erik Orsenna sur la plateforme Soldating d’Hesus « Trader de terre » en cliquant ici.



Retrouvez l’intégralité des « 21 voyages aux pays de la nouvelle ressource » ici.





Vous aimerez aussi