open_resource : idées, points de vue
et solutions des acteurs de la révolution de la ressource



← Retour Focus révolution numérique  

accompagner chacun vers la gestion durable et intelligente des ressources

09.07.2018

Dans la rubrique « Challenge », Jean-Louis Chaussade propose sa vision d’un défi majeur en lien avec la révolution de la ressource. Dans ce cinquième numéro, il aborde l’impact de la révolution numérique sur nos modes de production, de travail, de consommation et in fine, sur la gestion des ressources.

Jean-Louis Chaussade, Directeur général de SUEZ - Crédits : Denis Félix

Jean-Louis Chaussade, Directeur général de SUEZ – Crédits : Denis Félix


La révolution industrielle et culturelle que représente le digital impacte une autre révolution, la révolution de la ressource. Celle-ci engage tous les acteurs à revoir en profondeur leurs modes de production et de consommation. Nous avons redéfini notre mission d’entreprise : de gestionnaires de réseaux, nous sommes devenus gestionnaires de ressources devenues rares. Nous accompagnons nos clients vers la gestion intelligente et durable de leurs ressources. De fait, révolution digitale et révolution de la ressource sont intimement liées pour relever ce défi et répondre aux opinions publiques en attente de nouveaux modèles de croissance moins consommateurs de ressources.

Détection des fuites en temps réel au poste de contrôle SMART d’Aigües de Barcelona, Barcelone, Espagne - Crédits : William Daniels

Détection des fuites en temps réel au poste de contrôle SMART d’Aigües de Barcelona, Barcelone, Espagne – Crédits : William Daniels


La révolution digitale a, en premier lieu, permis l’émergence de ce « nouveau citoyen » qui, grâce à un accès illimité à la connaissance et à de nouveaux leviers d’expression, devient acteur de la Cité. De nouvelles formes d’organisation de la ville se développent où chacun peut prendre part au débat et participer aux prises de décisions. Notre Groupe, acteur historique des services aux collectivités, accompagne la conception de ces villes intelligentes qui misent sur l’open data pour renouveler la démocratie participative, développer la qualité des services aux citoyens, mieux gérer leurs ressources et réaliser des économies substantielles. C’est le projet que nous avons mené pour la ville de Dijon, en association avec d’autres partenaires, avec la conviction que la métropole intelligente est une ville pensée pour les citoyens, et qui contribue au développement durable et à l’attractivité du territoire.

Partout, le rythme de l’innovation s’accélère pour répondre aux enjeux environnementaux. Nos clients sont soucieux d’améliorer leur performance économique et environnementale. Le digital devient dès lors indissociable des technologies liées à la gestion de l’eau et des déchets. C’est le cas de la gestion intelligente des réseaux qui permet la détection de fuites en temps réel et des gains de performance significatifs. Certaines de nos plateformes digitales seront bientôt capables de gérer la consommation énergétique d’une usine à distance. Même nos camions de collecte deviennent intelligents ! Ils collectent maintenant des données en même temps que les déchets, mesurent la qualité de l’air dans la ville et la consommation énergétique des bâtiments.

Si les services existants se transforment, de nouveaux apparaissent comme les places de marché digitales qui permettent de mettre en relation les producteurs de déchets et les méthaniseurs. Récemment, nous avons rejoint l’institut Prairie qui a notamment pour objet d’orienter ses recherches sur l’intelligence artificielle vers l’entreprise et les applications industrielles.

Si le digital ouvre un champ immense de possibilités, il nous oblige à repenser en profondeur nos organisations car la transformation digitale doit être inclusive. Toutes nos activités ou presque étant concernées, il est essentiel d’embarquer l’ensemble de nos collaborateurs. Chacun doit en quelque sorte réapprendre son métier sous le prisme du digital, à un rythme de plus en plus soutenu.


Centre de pilotage intelligent VALOVISIO® de SUEZ à Caluire-et-Cuire, France - Crédits : SUEZ / Félix Ledru

Centre de pilotage intelligent VALOVISIO® de SUEZ à Caluire-et-Cuire, France – Crédits : SUEZ / Félix Ledru


Mettre en commun de nouveaux savoirs et savoir-faire à l’échelle mondiale est une formidable opportunité de cohésion à condition d’anticiper le risque de fracture numérique. Dans une entreprise de services industriels, cela passe par une réflexion sur les conditions d’usage et d’acceptation de ces nouvelles technologies, par la formation continue mais aussi par un projet et une vision commune.

Cela est d’autant plus important que la transformation interne accélère le changement, facilite l’intégration de nouvelles compétences et contribue au succès de l’open innovation devenue incontournable. Une partie importante de l’innovation digitale se fait à l’extérieur de nos grands groupes. Nous devons travailler main dans la main avec les start-up, dans l’intérêt de toutes les parties. Elles sont plus rapides et agiles mais ont un fort besoin de financement pour mettre en oeuvre leurs projets. Notre rôle est d’investir dans ces entreprises, de les accompagner et surtout de créer un écosystème favorable à l’intégration de leurs innovations dans nos activités.

Je suis convaincu que ces bouleversements passionnants sont d’autant mieux mis en oeuvre dans l’entreprise qu’ils ont du sens et une finalité claire pour chacun. Chez SUEZ, la révolution digitale est pleinement mise au service de la révolution de la ressource. La grande fierté de nos 90 000 collaborateurs est de contribuer à une mission essentielle, celle de sécuriser un accès durable à des ressources essentielles à la vie et au développement. Le digital y joue un rôle clé.




Cet article a été publié dans le cinquième numéro d’open_resource magazine : « La gestion des ressources à l’ère du digital »





Vous aimerez aussi