open_resource : idées, points de vue
et solutions des acteurs de la révolution de la ressource



← Retour Solutions  

Au Panama, Race For Water et SUEZ font cause commune pour les océans

13.03.2018

Engagé dans une odyssée autour du monde pour sensibiliser à la préservation des océans, le catamaran de la Fondation Race For Water a fait escale quatre jours en février dans la baie de Panama. A cette occasion, les équipes locales de SUEZ et Race For Water ont organisé, avec le soutien de la ville de Panama, l’évènement « Residuos Reciclados, Oceanos Limpios1 » : quatre jours de conférences et rencontres pour sensibiliser à l’importance d’une gestion des déchets efficace pour lutter contre la pollution des océans et préserver les ressources marines.

Retour sur cet évènement avec Ana Giros, Directrice Générale de SUEZ Amérique Latine, et Marco Simeoni, Président de la Fondation Race For Water.


seaside

Crédits : Josh Sorenson



Pour vous, que représentent les océans ?

Ana Giros : Les océans représentent la vie ; la vie vient des océans et il faut les préserver pour continuer à avoir cette vie sur la planète. Un élément important est le rôle qu’ils jouent en matière d’alimentation, en fournissant près de 15 % des protéines animales pour plus de 4 milliards de personnes dans le monde. Autre point crucial : ils jouent un rôle majeur dans la régulation du climat car ils absorbent une grande partie du CO2 présent dans l’atmosphère.

Marco Simeoni : L’océan c’est la vie, c’est aussi l’avenir de notre planète. Pour moi, les océans sont synonymes de liberté, de voyages ; ils contribuent à nous nourrir, à nous faire respirer. Or, aujourd’hui ils sont devenus une énorme poubelle. Ils appartiennent à la fois à tout le monde et à personne, et constituent de ce fait un sujet complexe par lequel, à mon sens, trop peu de gens se sentent concernés.



SUEZ et Race For Water ensemble à Panama, une évidence ?

Ana Giros : Une évidence au niveau local, car SUEZ est très présent au Panama, depuis de nombreuses années. Je constate que le pays se mobilise de plus en plus sur le sujet de la gestion des déchets, avec des applications très concrètes, comme le programme BASURA CERO. Une évidence aussi car SUEZ est très engagé pour la protection des océans au niveau mondial. Ce partenariat local avec Race For Water est une application concrète de notre engagement pour les océans, qui est par ailleurs inscrit dans la feuille de route Développement Durable du Groupe.

Marco Simeoni : Que dire de plus ! SUEZ est un acteur de référence en matière de traitement des eaux ; au sein de la Fondation Race For Water, nous souhaitons préserver l’eau au sens large : il y a donc des synergies évidentes. Notre but est aussi que les déchets ne puissent pas atteindre les eaux, et cela fait également sens avec l’activité de SUEZ en matière de gestion des déchets.



Lors de cette escale panaméenne, quels enjeux locaux ont été évoqués en matière de gestion des déchets et préservation des ressources marines ?

Ana Giros : Au niveau local, il y a un enjeu très fort sur l’assainissement pour protéger la baie de Panama qui, à ce jour, est encore très polluée. En matière de collecte des déchets solides, de plus en plus d’initiatives se mettent en place ; il faudrait maintenant passer à l’étape suivante, la valorisation, un modèle créateur de valeur pour le Panama.

Marco Simeoni : Pour ma part, c’est principalement le sujet des plastiques qui a retenu mon attention. C’est un sujet clé pour Race For Water. Pendant ces quatre jours de conférences, un chiffre m’a interpellé : le plastique représente 19 % des déchets générés au Panama, contre 10 % au niveau mondial. C’est quasiment le double ! Il y a je crois un important travail à faire sur ce point, en matière d’éducation et de sensibilisation.



Quel bilan tirez-vous de ces quatre jours de conférences ?

Marco Simeoni : Notre séjour panaméen a été un réel succès principalement grâce à l’évènement « Residuos Reciclados, Oceanos Limpios » organisé par SUEZ, notre partenaire sur cette escale. La diversité des publics rencontrés et la qualité des échanges nous donnent beaucoup d’espoir sur la capacité de Panama à s’orienter vers un traitement plus durable de ses déchets. Quand on sait que Panama City est la deuxième ville la plus productrice de déchets par habitant en Amérique Latine avec 1,6kg/jour/habitant on comprend l’importance de sensibiliser le grand public sur ce sujet. Expliquer que l’océan est le gage de toute vie sur terre et montrer l’impact de la pollution sur cette ressource essentielle permet d’engager les gens vers de meilleurs comportements. Il est important que tout le monde comprenne que la meilleure manière de lutter contre la pollution plastique des océans est de réduire sa production de déchets plastiques en amont. Nous comptons maintenant poursuivre le travail sur le terrain avec SUEZ en accompagnant la Municipalité de Panama dans la mise en place de solutions concrètes pour empêcher les déchets plastiques sauvages d’atteindre les voies d’eau.


1 – « Déchets recyclés, océans propres »





Vous aimerez aussi