open_resource : idées, points de vue
et solutions des acteurs de la révolution de la ressource



← Retour Solutions  

Circul’R : retour sur le tour du monde de l’économie circulaire

31.03.2017

17 mois autour du monde pour découvrir 150 initiatives de l’économie circulaire, tel est le défi que se sont fixés Jules Coignard et Raphaël Masvigner, les deux fondateurs de Circul’R. Bilan ? Un challenge relevé et de nombreux projets innovants identifiés, sur lesquels reviennent Jules et Raphaël dans l’interview accordée à open_resource.



Quel était l’objectif à l’origine de votre projet Circul’R ?

Cette idée est née d’un constat : face aux deux grands enjeux en matière d’environnement – la raréfaction des ressources naturelles et l’augmentation des déchets – une multitude de solutions existent déjà à travers le monde, pour toutes les problématiques et dans tous les secteurs. Malheureusement, par manque d’information et de connexion entre les différents acteurs, ces modèles d’économie durable restent mal connus et donc peu développés. Notre volonté était ainsi d’aller sur le terrain pour rencontrer ces entrepreneurs innovants et partager leurs bonnes pratiques. Avec trois objectifs principaux : se rendre autant dans les pays du Nord que dans les pays du Sud, que les projets touchent tous les secteurs (industriels, agroalimentaires…) et que ces derniers soient innovants. Le résultat ? Un tour du monde de 17 mois, 22 pays visités et 150 initiatives découvertes !

Avez-vous constaté des approches différentes de l’économie circulaire selon les pays ?

Dans les pays du Nord, le degré d’innovation est beaucoup plus élevé et on assiste, pour certains pays, à un véritable engouement, faisant de l’économie circulaire un sujet central. Aux Pays-Bas par exemple, nous avons été très impressionnés par la forte implication de l’ensemble des acteurs publics/privés pour passer d’un modèle linéaire à un modèle circulaire.
Dans les pays du Sud, le concept d’économie circulaire n’est pas toujours aussi connu, mais les populations l’appliquent néanmoins car c’est une affaire de bon sens. En effet, dans certains pays, les ressources sont fortement limitées et il est donc essentiel de les préserver. Cela conduit à la création de solutions simples mais efficaces dont il est tout aussi important de s’inspirer.

Quels projets vous ont le plus marqués ?

Difficile de choisir car toutes les initiatives méritent d’être citées. Disons que le « Top 2 », pour les pays du Sud pourrait être composé des initiatives de Goonj en Inde, et Jokko Santé en Afrique. La première est une entreprise leader en entrepreneuriat social qui remet en état des vêtements usés, puis les utilise comme moyen de rémunération pour les populations locales en échange de la réalisation de travaux d’intérêt général, comme la construction d’une route ou d’un pont. La seconde est une pharmacie virtuelle communautaire et sociale, qui remet en circulation les médicaments non utilisés avec une distribution auprès des plus pauvres.

Côté Nord, le projet Newlight Technologies aux Etats-Unis et la ville de Kamikatsu au Japon nous ont vraiment beaucoup plu. Newlight Technologies a développé une technologie permettant de capturer le méthane pour le transformer en bioplastique, faisant ainsi des gaz à effet de serre une nouvelle ressource. Incroyable ! Quant à Kamikatsu, il s’agit de la première ville capable de recycler 80% de ses déchets avec un objectif de 100% à l’horizon 2020.

L’aventure s’arrête-t-elle là, ou nourrissez-vous d’autres projets ?

Depuis le mois de décembre, nous sommes passés d’un statut associatif à celui de start-up. Nous allons continuer à participer à des ateliers et conférences au sein des entreprises pour présenter les solutions qu’elles peuvent potentiellement mettre en place, proposer des Learning Expeditions à leurs collaborateurs, mais aussi et surtout, offrir le premier réseau international permettant de connecter différents acteurs de l’économie circulaire. Nous avons d’ores et déjà de belles success stories à notre actif. Par exemple, nous avons mis en relation notre partenaire Accor avec Goonj pour récupérer les draps usagés habituellement jetés pour les transformer en protections féminines et permettre aux populations reculées d’en bénéficier. Enfin, si nous faisons déjà le lien entre des fonds d’investissement et des porteurs de projets en recherche de financements, notre objectif est de créer dans les mois à venir, le 1er fond d’investissement d’économie circulaire.

À suivre…

Pour en savoir plus, suivez Circul’R sur les réseaux sociaux !
Sur Facebook
Sur Twitter
Sur Instagram





Vous aimerez aussi