open_resource : idées, points de vue
et solutions des acteurs de la révolution de la ressource



← Retour Solutions  

Des ampoules “éternelles“, symbole de la lutte contre l’obsolescence programmée

25.02.2015

Aujourd’hui, bon nombre de nos appareils électriques ou électroniques sont dotés de logiciels qui deviennent obsolètes après deux ou trois ans d’utilisation seulement, quand il ne s’agit pas de leurs composants rendus impossible à remplacer. Leur durée de vie a été divisée par 3 en 20 ans. Une tendance en passe de s’inverser sous la pression d’innovations et initiatives en faveur d’une consommation plus durable.

L’obsolescence est d’ordre technique lorsque l’on programme une réduction de la durée de vie ou d’usage de l’objet. Cela se concrétise par l’impossibilité de démonter l’objet pour le réparer ou l’absence de disponibilité des pièces détachées. Le consommateur s’est habitué à ce qu’un produit acheté ait une durée de vie limitée : une étude de l’ADEME démontre qu’en France seulement 44% des produits hors d’usage sont réparés. L’obsolescence peut également être commerciale, lorsque le consommateur, sous l’effet de sollicitations publicitaires, est lui-même incité à abandonner l’objet avant même sa déficience. Cette incitation à la surconsommation a de lourdes conséquences sur la ressource car elle épuise les matières premières, consomme de l’énergie et génère du CO2.


© Getty / Fuse

Mais cette tendance à la dégénérescence semble s’inverser car la perception de la consommation et des déchets change. Un peu partout dans le monde, des « Repair Café » (“cafés des réparations“) se multiplient, rassemblant des néophytes souhaitant devenir autonomes pour réparer leurs objets. Des soirées sont consacrées à apprendre comment dépanner une imprimante dont le vendeur disait pourtant qu’il n’y avait plus rien à en tirer !

Certains industriels semblent également évoluer vers la conception d’appareils plus durables. La puissance des réseaux sociaux en est aujourd’hui l’un des ressorts puisqu’ils ne manquent pas de stigmatiser les marques vendant des produits rapidement obsolescents. Internet “démocratise la durabilité“ selon François Marthaler, directeur de Why ! Open computing, distributeur d’ordinateurs durables équipés de guides de réparations illustrés.

Constatant que sept milliards d’ampoules sont jetées chaque année dans le monde, l’espagnol Benito Murros a quant à lui inventé l’ampoule IWOP (“I Without OPsolescence“). D’un coût d’achat supérieur à ses concurrentes (34 euros), elle affiche pour qualité d’être “éternelle“ et “sans obsolescence programmée“. Elle utilise la technologie LED et peut être réparée. Cette ampoule classique est également très économe en termes de ressources puisque sa consommation, de 3,5 Watt, offre une luminosité équivalant à celle d’une ampoule de 90-100 Watt. Par cette innovation emblématique, Benito Murros concrétise le combat du mouvement “Sin obsolescencia programada“ qu’il a fondé en Espagne contre l’obsolescence programmée, au cœur du principe d’économie circulaire et au service de la préservation de la ressource.