open_resource : idées, points de vue
et solutions des acteurs de la révolution de la ressource



← Retour Focus économie circulaire  

êtes-vous prêts à recycler vos huiles alimentaires en biocarburant ?

25.09.2017

Transformer un déchet en biocarburant ? En France, SUEZ et TOTAL se sont associés pour collecter et recycler les huiles alimentaires usagées. Explications sur une solution durable.


Huiles alimentaires usagées

Crédits : Adrien Galerneau


Les huiles alimentaires sont utilisées pour la friture, la cuisson, la conservation des aliments et comme assaisonnement. Une fois utilisées, elles sont simplement jetées. Présentes dans les canalisations, elles s’y figent et les obstruent. Au niveau des stations d’épuration, la pellicule d’huile imperméable qui se forme asphyxie les micro-organismes chargés d’éliminer les impuretés. Et quand elles finissent à la poubelle, elles gênent le travail des ripeurs et perturbent le fonctionnement des incinérateurs.

Pour lutter contre ce phénomène, il est possible de recycler les huiles alimentaires usagées (HAU) et de les transformer en biocarburant. Dans un premier temps, les HAU sont collectées auprès des particuliers, des restaurateurs ou des industriels de l’agroalimentaire (1). Elles sont ensuite emmenées dans un centre de prétraitement (2) où elles sont chauffées à 80 °C (a), puis filtrées pour en extraire les résidus solides (b). Le liquide restant est décanté pour séparer l’eau de l’huile (c). La transformation en biodiesel (d) est réalisée en usine de bioraffinage par estérification (réaction chimique entre l’huile et du méthanol) ou par hydrogénation (réaction physicochimique avec de l’hydrogène), ce qui permet d’obtenir 1l de biodiesel pour 1l d’huile.

En 2016, SUEZ et Total s’associent pour approvisionner la plus grande bioraffinerie française, qui sera construite sur le site de la Mède (Bouches-du-Rhône). L’objectif ? Collecter 20 000 t de HAU parmi les 110 000 produites chaque année en France et les recycler en biocarburant de haute qualité (HVO) incorporable à 100 % dans les moteurs classiques (3). Cela permet d’éviter 83 % des émissions de CO2 par rapport au diesel fossile ! Enfin, SUEZ et Total donnent la priorité aux circuits locaux et travaillent avec des entreprises sociales et solidaires pour la collecte des HAU.


Cet article a été publié dans le quatrième numéro d’open_resource magazine : « L’ère de l’économie circulaire »





Vous aimerez aussi