open_resource : idées, points de vue
et solutions des acteurs de la révolution de la ressource



← Retour Solutions  

Matelas usagés : ou comment recycler jusqu’à 90% d’un produit

08.04.2015

Inexistantes il y a encore cinq ans, les filières de récupération et de valorisation des vieux matelas s’organisent dans un nombre croissant de pays. Après le Canada, l’Allemagne, la Suisse, et la France, c’est désormais la Belgique qui vient de franchir le pas avec la création d’une unité de traitement dédiée. S’inscrivant dans le modèle de l’économie circulaire, cette nouvelle activité a de quoi séduire tant en matière de préservation de l’environnement que de création de matières premières secondaires.

Jusqu’ici, la majorité des matelas – un produit qui met un siècle à se biodégrader – étaient enfouis. En France, par exemple, avant que la législation n’impose en 2012 au secteur de l’ameublement de gérer ses déchets (au titre du principe de pollueur-payeur), 5 à 6 millions de matelas, soit 120 000 tonnes de déchets, étaient ainsi enfouis chaque année. Or, un matelas usagé peut-être valorisé jusqu’à 92%*.

Une fois triés, ses composants (polyuréthane, latex, métal, bois, coton…) peuvent être recyclés très largement. Les mousses, par exemple, sont utilisées par l’industrie automobile (sièges et accoudoirs), l’ameublement (sièges et nouveaux matelas), la construction (isolation phonique et thermique) ou les revêtements de sols.


Schéma des matières composant un matelas

Reste que comme toute filière de valorisation récente, celle des matelas doit encore consolider son modèle, tant économique que technologique. Au-delà de la question du coût de la collecte, se pose celle de la qualité du polyuréthane recyclé (près de 30% d’un matelas usagé) par rapport au matériau vierge.

* Données : Recyc-Matelas