open_resource : idées, points de vue
et solutions des acteurs de la révolution de la ressource



← Retour Focus économie circulaire  

pas d’économie circulaire sans collaboration

25.09.2017

Jean-Louis Chaussade propose sa vision d’un défi majeur en lien avec la révolution de la ressource. Pour ce numéro, il réaffirme le rôle de la collaboration entre tous les acteurs dans la réussite du modèle circulaire.


Séance de travail lors du SUEZ Collaborative Tour #1 dans le Val de Marne, France

Séance de travail lors du SUEZ Collaborative Tour #1 dans le Val de Marne, France – Crédits : SUEZ/Cédric Corroy


Les ressources et les matières premières que nous utilisons sont finies ou s’amenuisent sous l’impact de la transformation de nos sociétés et de leurs technologies. La raréfaction des ressources est une réalité avérée et amplifiée par l’évolution de la démographie mondiale, l’urbanisation et les conséquences du dérèglement climatique. Un constat qui nous impose de réagir.

Aujourd’hui, l’analyse de cette situation et des défis qui nous attendent fait consensus, aussi bien pour la très grande majorité des gouvernements que pour les institutions internationales et les entreprises. Chacun à son niveau, et de manière complémentaire, élabore des stratégies de développement économique respectueuses de l’environnement et non consommatrices de ressources devenues rares.


Quel devrait être le modèle économique pour répondre dès aujourd’hui à ces contraintes et au réchauffement climatique ?

Parce que l’économie circulaire repense toute la chaîne de valeur et instaure une croissance économique durable, elle est la seule réponse. Cette économie radicalement nouvelle est multiforme depuis l’approvisionnement durable, l’écoconception, l’écologie industrielle et territoriale, l’économie de la fonctionnalité jusqu’à l’allongement de la durée de vie des biens et au recyclage.

Elle permet de s’extraire d’une logique linéaire dépassée et symbolisée par le triptyque
« produire – consommer – jeter » et favorise une logique circulaire, reposant sur la conjugaison entre création de valeur, préservation du capital naturel et utilisation moindre des ressources. Une véritable révolution de la ressource est en marche.

Pour instaurer une dynamique positive et irréversible qui recouvre l’ensemble de ces leviers, il est primordial d’associer et d’inclure l’ensemble des acteurs de nos sociétés.


Usine de valorisation énergétique des déchets de Severnside, fruit d'un partenariat public-privé, Royaume-Uni

Usine de valorisation énergétique des déchets de Severnside, fruit d’un partenariat public-privé, Royaume-Uni – Crédits : SUEZ/Paul Box


L’économie circulaire est par essence collaborative

Instances politiques, administrations centrales ou locales, acteurs économiques et associatifs, chercheurs, universitaires, étudiants, ONG… nous avons tous un rôle à jouer dans l’économie circulaire.

Les entreprises sont un pilier de cette révolution. Par leurs investissements, par leur capacité à innover et à nouer des partenariats, elles sont un moteur incomparable. Elles ont pris conscience de leur responsabilité au sein de la société et doivent être encouragées dans cette dynamique.

Parce que l’économie circulaire introduit de nouveaux acteurs, le lien avec le client retrouve toute sa pertinence. Les entreprises construisent ainsi de nouveaux modèles reposant sur une relation plus directe avec leurs clients. Dès sa conception, le produit ou le service doit être créé avec eux pour satisfaire au mieux leur besoin, et évoluer vers du sur-mesure. Il faut définir des objectifs en amont et réfléchir ensemble aux solutions. Le monde de la recherche et de l’innovation est lui aussi partie prenante de ce mouvement pour écoconcevoir, innover et accompagner les réflexions sur les modèles de demain. Car les trajectoires circulaires sont multiples et nécessitent des organisations croisées.

L’économie circulaire englobe l’idée de partage, de réemploi mais aussi en bout de chaîne, de recyclage. C’est pourquoi la société civile participe activement à la refondation de ce nouveau modèle économique et en est un acteur clé. Son rapport à la consommation évolue et passe d’une culture de la possession à une culture de l’usage. Pour que les initiatives innovantes personnelles participent totalement de ce mouvement, le local doit prendre le relais en accompagnant leur concrétisation. Administrations locales et collectivités vont aider à diffuser ces bonnes pratiques et à les faire fonctionner à plus grande échelle.

Une impulsion politique plus affirmée, au niveau national, est néanmoins nécessaire pour accompagner la transition de tous les acteurs vers l’économie circulaire. Les gouvernements doivent être le moteur de cette dynamique positive et donner un cadre rassurant aux acteurs économiques dans leurs choix et décisions d’investissement. Sur l’exemple des Pays-Bas, ils doivent montrer la voie en fixant des objectifs ambitieux et précis et en offrant les moyens de les atteindre.

Parce que SUEZ vise justement à rassembler tous les acteurs autour de la table, nous avons lancé le SUEZ Collaborative Tour et organisons des réunions entre nos collaborateurs et des entrepreneurs et acteurs locaux, pour co-construire des offres et des partenariats innovants. C’est ensemble qu’il nous faut entrer définitivement dans l’ère de l’économie circulaire. Une économie qui instaure un modèle gagnant-gagnant : respect de l’environnement, création d’emplois et de nouveaux services, amélioration du pouvoir d’achat, création de lien social, compétitivité économique… les effets positifs existent, sont nombreux et s’imposent par
eux-mêmes !

À nous de nous en saisir, d’y participer et d’en faire une réalité pour tous !


Cet article a été publié dans le quatrième numéro d’open_resource magazine : « L’ère de l’économie circulaire »





Vous aimerez aussi